Archives par mot-clé : santé

24 mars 2012, On défend l’avortement à Bruxelles !

24 mars 2012, On défend l’avortement à Bruxelles !

Pourquoi l’avortement fait-il si peur ?

L’avortement remet en cause et fait vaciller le socle sur lequel notre société s’est construite:

vision traditionaliste des familles, place et rôle des femmes dans nos sociétés, domination du masculin sur le féminin fondée sur le patriarcat et l’hétérosexisme. Tout ce qui pourrait remettre en cause ce système de pensée basé sur conjugalité et maternité, qui défend que l’homme serait idéalement fait pour la femme, est alors rejeté. C’est le cas de ce droit donné aux femmes de choisir ou non d’être mère. Les femmes sont considérées seules et uniques responsables de la relation sexuelle et de ses conséquences, l’avortement symbolise, dans un ultime affront, leur incapacité quant à cette responsabilité. Le « trauma » de l’avortement viendra punir de leur choix celles qui bravent l’interdit ! C’est ainsi que, largement soutenus par les intégrismes religieux, de nombreux pays prévoient de revenir sur le remboursement de l’avortement, sur les lois l’autorisant, quand ils ne l’interdisent pas tout simplement. Les autorités religieuses ont, donc une large responsabilité, démontrant leur trop grand pouvoir sur un enjeu démocratique mondial majeur.

Un enjeu démocratique essentiel aux sociétés

Un des piliers de la démocratie est l’universalité des droits et l’égalité entre tous les citoyens, qu’ils soient femmes ou hommes. Il est impossible de justifier l’aliénation, la discrimination et la domination 50% d’une population par l’autre moitié. Les femmes ne sont pas mineures, elles pensent et agissent par elles-mêmes, elles sont libres. Leur accès à la contraception et à l’avortement fait partie de cette liberté. Non, les femmes ne sont pas ces « pauvres choses inconséquentes ». Il y a un intérêt majeur à permettre cet accès à toutes les femmes, sans discrimination, ici et partout dans le monde. En Europe, l’Assemblée parlementaire du Conseil a voté en 2008 une résolution demandant aux États membres de dépénaliser l’avortement et de garantir aux femmes l’accès à un avortement sans risque et légal, appelant à lever les restrictions qui en entravent en fait ou en droit l’accès, à assurer l’accès à la contraception et à instituer l’éducation obligatoire des jeunes à la sexualité .

Un enjeu de solidarité européenne et mondiale

Cet enjeu de solidarité est mondialisé. En Europe, les reculs constatés çà et là, nous obligent collectivement comme européens et citoyens du monde Lors du colloque « Droit à l’avortement : quels enjeux pour les femmes en Europe ? » organisé par Le Planning Familial en 2009, la déclaration finale, adoptée à l’unanimité des 17 pays européens présents, réaffirmait : « le droit à disposer de son corps est le socle fondamental permettant aux femmes de vivre dans une société égalitaire, plus juste, plus démocratique ».
Elle lançait un appel à la solidarité, à la vigilance extrême de l’ensemble des forces progressistes et citoyennes, et à la création d’un réseau riche de nos différences et de notre volonté, pour construire cette solidarité européenne et mondiale, celle des femmes et des hommes libres et égaux. Le Planning Familial participe donc le 24 mars à Bruxelles au rassemblement européen « Abortion Right ». Cette initiative doit être saluée et rejointe car elle s’inscrit dans cette dynamique de solidarité entre les peuples pour défendre ce droit fondamental et positif sans lequel les femmes ne pourront jamais être libres. Les lois légalisant l’avortement doivent être appliquées. Il est plus qu’urgent que toutes celles et ceux qui luttent pour le droit de choisir et l’élargissement des législations sur l’avortement soient soutenus, défendus et se rejoignent dans un élan de solidarité sans précédent.

Soyons visibles, soyons actrices de notre santé

Le Centre LGBTQIF et la commission santé femmes vous invitent à participer aux événements « Soyons visibles, soyons actrices de notre santé » liés aux manifestations de la Journée Internationale de lutte pour les droits des femmes.

Au programme à Lille :

Du 2 au 31 mars : 4 expositions des gravures réalisées par des groupes de femmes en non-mixité au Centre, à la Maison Médicale de Moulins, au Planning Familial et au Prato .

Ce vendredi 2 mars à partir de 20H au Centre vernissage de l’exposition « A nos Vulves ! «  lors de la soirée du groupe des soirées conviviales non mixtes Lesbiennes-gouines-femmes-filles-bies/cisgenres et transgenres

Le vendredi 23 mars de 14H à 17H30 Rencontre sur les enjeux de santé des lesbiennes et bisexuelles à la Maison des associations du Vieux Lille, organisée par le Planning Familial Métropole Lilloise et le J’en Suis J’y reste  avec une représentante d’un planning belge, des acteurs de santé et des membres du collectif sida Nord Pas de Calais . Et de 17H30 à 19H un temps de convivialité autour des photographies d’Aurélie Dubrulle toujours à la Maison des associations.

Centre LGBTQIF J’en suis J’y reste
19 rue de condé 59000 Lille
03 20 52 28 68
centrelgbt@jensuisjyreste.org