Communiqué de Presse : Journée mondiale de lutte contre le Sida

 

Lille, le 29 novembre 2013

Communiqué de Presse

 

Journée mondiale de lutte contre le sida : Les pouvoirs publics doivent se mobiliser en Nord-Pas-de- Calais tout au long de l’année.

Depuis 2004, le Collectif Régional de Prévention Sida rassemblait 17 structures et partenaires régionaux autour du VIH/Sida, des infections Sexuellement Transmissibles (IST) et des Hépatites.

Chaque année, le collectif organisait en lien avec les associations, les habitants et le Prato un moment festif de solidarité avec les personnes vivant avec le VIH. Or pour cette 7ème édition, les Collectivités Territoriales et l’État n’ont pas souhaité soutenir ce moment de séro-solidarité, ainsi que tant d’autres actions menées par nos associations tout au long de l’année.

 

150 000 personnes vivent aujourd’hui en France avec le VIH et tous les ans, on dénombre entre  7000 et 8000 nouvelles contaminations. Les derniers chiffres connus font état de contamination à 58% dans le cadre de rapports hétérosexuels dont 54% de femmes. Mais il existe une « épidémie cachée ». Aujourd’hui, presque 30 000 personnes ignoreraient leur séropositivité : d’où l’enjeu du renforcement  du dépistage.   

 

Ces 30 dernières années, les mobilisations autour de la lutte contre le sida ont engendré une révolution sociale et médicale sans précédent entre la recherche et les malades, les médecins et les patient-e-s .  Les avancées médicales sont réelles et il faut s’en réjouir mais ne cédons pas à la tentation de régler tous les problèmes par l’injonction et l’ingestion de molécules. Les traitements montrent leur efficacité mais restent lourds et provoquent des effets indésirables ainsi que le développement de co-pathologies spécifiques. Nous ne sommes pas toutes égales et tous égaux face à la maladie. Ces inégalités sont biologiques et sociales. On le sait, les plus précaires sont plus exposé-e-s à la maladie et aux morbidités. Mais tandis que l’espérance de vie a augmenté, l’ancienneté dans la maladie est associée à plus de précarité affective et sociale et au développement de l’exclusion.

La lutte contre le sida ne pourra jamais relever de la seule réponse médicale. Le VIH n’est pas une maladie chronique banale : en témoignent la stigmatisation et la précarisation des personnes vivant avec le VIH qui perdurent malgré les progrès médicaux.

Nos associations sont très préoccupées par le désengagement des pouvoirs publics dans la lutte contre le sida. Les espaces d’échanges, de convivialité et de séro-solidarité sont pour nous un outil primordial pour améliorer la vie des personnes touchées par le VIH et continuer à porter une parole politique de malade expert-e. Ces actions nécessitent un soutien financier pour les associations engagées tout au long de l’année.

 

Nos associations et Le Prato attaché-e-s au 1er  décembre (journée mondiale de lutte contre le sida, mais également journée de mémoire et de visibilité) ont souhaité maintenir l’évènement de  « la Saint SIDA », ainsi que d’autres actions de séro-solidarité (cf programme) malgré l’absence de financement public, grâce à l’énergie militante et la générosité de tou-te-s.

Actif-santé, Les Flamands Roses, Le Planning Familial Nord Pas de Calais, L’Egide, J’En Suis J’Y Reste, Les Sœurs de la Perpétuelle indulgence,  Spiritek,  LGP Lille, RIFEN