Parler de sexualité et de santé sexuelle : une form’action Genre et santé sexuelle

Les hommes et les femmes sont soumis.es à des stéréotypes liés au masculin et au féminin qui influencent leurs visions du monde, leurs attitudes et leurs comportements ainsi que leur sexualité.

Formation de 4 jours. Groupe limité à 15 personnes – Coût : 45 €
Pour plus d’informations téléchargez la plaquette de formation, plaquette genre et sante sexuelle

Calendrier de formation Attention ! Nouvelles dates 2016
Sambre-Avesnois : 14, 15, 21 et 22 janvier 2016
Lille Métropole :
 25, 26 février et 07, 08 mars 2016

Pour vivre une sexualité libre, épanouie, il est indispensable d’avoir des informations actualisées sur les composantes de la santé sexuelle : une vision positive de la sexualité, des connaissances autour de la contraception, de l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG), les Infections Sexuellement Transmissibles (IST)…

Les professionnels, directement en contact avec les publics jeunes et adultes sont les premiers relais dans l’accès à l’information. Afin d’être plus à l’aise pour aborder le genre et la santé sexuelle, le Planning Familial propose deux formations de 4 jours.

Objectifs de la formation :

Favoriser une approche positive de la sexualité qui s’inscrit dans les droits humains et la prise en compte des rapports de genre.
Actualiser les connaissances autour de la santé sexuelle comprenant les thèmes de la sexualité, de la contraception, de l’IVG et des risques liés à la sexualité.
Renforcer les capacités d’écoute et d’orientation des professionnels en matière de santé sexuelle.

Cette formation est destinée aux: Professionnel-le-s des secteurs du social, de l’éducatif et de la santé.

 


Contact et renseignements : 
 Mme LAPIE Laëtitia  – Coordinatrice du pôle formation – 03.20.57.74.85 – mfpfllapie@gmail.com

Avec vous le planning ne (la) fermera pas !

Marion Maréchal Le Pen et d’autres candidats du Front national aux élections régionales veulent supprimer les subventions du Planning Familial sur leurs territoires. Cela revient à remettre en cause l’accès à l’information, l’accueil et l’accompagnement sur les droits et la santé sexuelle de la population.

Aujourd’hui, dans ses 76 associations implantées sur tout le territoire, le PF écoute, informe et oriente plus de 500 000 personnes en particuliers des jeunes.

Supprimer les subventions de notre réseau d’associations c’est tout simplement afficher la volonté de museler la lutte contre les inégalités vécues par les femmes, mais aussi les hommes : sur leur droit de vivre une sexualité libre, préservée des risques de grossesses non voulues et d’infections sexuellement transmissibles,  à l’abri des violences et des discriminations liées au genre et à l’orientation sexuelle.

En s’en prenant au Planning familial, le FN s’attaque à la liberté chèrement acquise de milliers de femmes et d’hommes, jeunes et adultes, dans leurs choix de vie : la régression !

Vous avez déjà été nombreux et nombreuses à nous soutenir et nous vous en remercions. Le Planning fait partie de vos vies : vous avez entendu parler de nous au collège, vous êtes venus.es nous voir en cachette ou avec un.e ami.e, vous nous avez demandé des préservatifs, des tests de grossesse ou juste un conseil, une écoute bienveillante. Et combien de générations, après vous, feront aussi appel à nous ?

Aujourd’hui, plus que jamais, nous avons besoin de vous : signez cette pétition et montrez avec nous que Le Planning ne (la) fermera pas !

Pour la pétition, >>c’est sur le site national <<

Si vous souhaitez adhérer ou faire un don, c’est possible de le faire en nous retournant le bulletin complété :

 

 

NON ! LE PLANNING FAMILIAL NE SE LAISSERA PAS INSTRUMENTALISER PAR LE FRONT NATIONAL !

Le Planning Familial Nord Pas de Calais – Picardie tient à s’exprimer suite aux propos de la famille Le Pen (la nièce et la tante) relatifs au Planning Familial ! Il nous est insupportable de voir notre association et nos missions instrumentalisées à des fins politiques !

Non, le Planning Familial n’est pas irresponsable ! Le Planning Familial est avant tout un lieu d’écoute, d’information et d’orientation sur les questions de santé sexuelle.  C’est une association d’éducation populaire qui garantit des espaces de paroles et de réflexion à tou-te-s sur des sujets de Société tels que l’égalité entre les femmes et les hommes, la sexualité, la parentalité, les violences… Cette démarche vise l’autonomie des personnes, à les aider à faire le tri entre les informations souvent contradictoires véhiculées par les médias, internet, les réseaux sociaux … afin de pouvoir faire des choix éclairés plutôt que de dicter des conduites.

Nos associations interviennent tous les jours dans les collèges, lycées et structures de quartier pour informer les jeunes et les moins jeunes qui s’interrogent sur leur vie affective et sexuelle. Cette mission d’éducation à la sexualité est inscrite dans la loi de 2001[1]

Par ailleurs, nous recevons de nombreuses personnes individuellement. Ces personnes viennent car  elles s’interrogent sur leur contraception,  leur identité sexuelle. Car elles se demandent comment se protéger des IST et du VIH/SIDA ou d’une grossesse, ou encore  parce qu’elles sont victimes de violences.

En cas de grossesse non prévue, nous réfléchissons avec la femme à la solution qui lui conviendra le mieux. Qu’elle souhaite interrompre sa grossesse ou la conserver c’est son choix, nous ne la jugeons pas et l’orientons vers les services appropriés.

Le Planning Familial Nord Pas de Calais – Picardie a besoin du soutien financier de la Région pour :

– continuer à former les  conseillères conjugales, sans les conseillères nous ne pourrons mener à bien nos missions

– poursuivre les séances d’éducation à la sexualité et de promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes dans les lycées

 Sur BFMTV, ce lundi soir, Marine Le Pen a voulu nuancer les propos de Marion Maréchal-Le Pen  qui veut s’attaquer aux subventions du planning familial en PACA, en indiquant  » il faut aussi orienter le planning familial, lui demander d’aider aussi des jeunes femmes qui, peut-être, ont envie de conserver leur enfant », « C’est le rôle de la région, aussi, que de créer une ligne budgétaire pour les jeunes mères qui sont en difficultés ». Et d’ajouter: « je préfère donner cette possibilité au planning familial, en ce qui me concerne, plutôt que de supprimer les subventions ». Nous lui répondons que nous le faisons déjà ! Par ailleurs, il semblerait qu’elle confonde notre association : Le Planning Familial, avec les centres de planification et les PMI, nous lui rappelons que c’est deux derniers relèvent de la compétence des Départements.

Nous ne laisserons pas Marine Le Pen et  le Front National « orienter le Planning Familial », notre projet associatif nous appartient, l’éducation à la sexualité, l’accès à la contraception et l’IVG sont encadrées par la loi et nous veillons à la faire appliquer ! Nous continuerons à militer pour faire avancer les droits des femmes tant qu’il le faudra !

 


[1] Loi Aubry du 4 juillet 2001, selon laquelle  «une information et une éducation à la sexualité sont dispensées dans les écoles, les collèges et les lycées à raison d’au moins trois séances annuelles et par groupes d’âge homogène » (article L312-16 du code de l’éducation).