Octobre Rose

Dans le cadre d’Octobre rose, Le Planning Familial s’associe à la commission santé F. du Centre LGBTQIF Le J’en Suis J’y Reste et l’association Chez Violette pour présenter une exposition de photographies des ateliers du projet Art Corpor’Elles dont le but est de permettre aux femmes ayant connu la maladie de se reconstruire par des ateliers d’art ayant pour support le corps et s’inscrivant dans une démarche d’accompagnement, notamment vers un projet de tatouage.

Le vendredi 3 octobre à 19h00 au Planning Familial
16 avenue Kennedy 59000 Lille – métro mairie de Lille

Alors que les tatouages rentrent au musée, que de plus en plus de personnes font le choix de se tatouer de façon éphémère ou permanente, en France et à travers le monde, des femmes ayant eu un cancer du sein se réapproprient leur corps en l’embellissant de couleurs.
Au printemps dernier, dans le quartier Moulins des femmes de toutes orientations sexuelles, cisgenre et transgenre, ayant eu ou pas un cancer du sein, ont pu découvrir et s’initier à différentes techniques de bien être (sophrologie, automassage…) et d’expression artistique (bodypainting…). Ce parcours d’ateliers mis en place par Sandra Govin avait pour but de permettre la découverte des tatouages éphémères et permanents, dans une démarche reconstructive ou créative.
L’exposition présente des photos de :
– l’atelier de bodypainting « Mettre des couleurs sur sa peau et dans sa vie », co-animé par Isabelle Sentis et Flore Tollier
– l’atelier de découverte du tatouage animé par Sandra Govin.
– des portraits réalisés dans le cadre de l’association Les Amazones s’exposent
– Ainsi que des témoignages vidéos de femmes ayant vécu cette expérience

Pour plus d’info, contact : Lucie Vidal mfpflvidal@hotmail.fr

Exit le Ministère des Droits des Femmes rétrogradé en Secrétariat d’Etat : les priorités sont-elles ailleurs ?

Comment interpréter la volonté politique du gouvernement qui, revenant sur ses engagements « d’un ministère de plein exercice pour tout le quinquennat », a décidé la disparition du ministère des Droits des femmes ? 

  • Considère-t-il que les chantiers ouverts, pour faire de l’égalité entre les femmes et les hommes une réalité, ont abouti ?
  • Ou encore que le programme du quinquennat en la matière est rempli ?
  • Ou alors, qu’ils ne sont plus une priorité dans la crise que nous traversons ?

Si les avancées de ces deux dernières années sont à souligner avec la mobilisation pour la défense de l’avortement (site ivg.gouv.fr, suppression de la notion de détresse), contre les violences (avec dernièrement le téléphone grand danger), ou la  loi sur l’égalité réelle entre les femmes et les hommes promulguée le 4 août dernier, nous savons qu’elles ne sont acquises qu’au prix d’une volonté politique forte, d’une vigilance face aux opposants et d’un accompagnement pour que l’ensemble des politiques publiques s’approprient les enjeux et que la société les intègre au point qu’elle ne tolère plus qu’on y revienne.

Or nous n’en sommes pas là : le mariage pour tous qui a oublié le pan de l’adoption et de la PMA, l’IVG toujours stigmatisée avec un accès difficile sur nombre de territoires, les aléas des ABCD de l’égalité et l’éducation sexuelle non encore intégrée, les inégalités salariales et la précarité des femmes, les discriminations, le sexisme et l’homophobie au quotidien… cela vaut bien un ministère. Il est plus que nécessaire pour faire avancer l’égalité réelle !

Le Planning Familial s’inquiète et s’indigne de cette décision qui va à l’encontre de l’intérêt des femmes et de la société toute entière.

Contacts presse :
Carine Favier # 06 88 52 09 10