Mobilisation pour la défense du droit à l’avortement le 1er février à Lille

Le Planning Familial Nord Pas de Calais répond à l’appel à rassemblement d’OLF 59, en solidarité avec les femmes d’Espagne, pour la défense du droit à l’avortement.

Le samedi 1er Février  à 14h00 – Place Richebé à Lille (métro République Beaux Arts)

Venez avec des cintres pour en faire un tas symbolique ! Une lecture de témoignages aura également lieu.

Cette date du 1er février coïncide avec une manifestation de très grande envergure qui aura lieu à Madrid. Des « trains de la liberté » achemineront des féministes de toute l’Espagne vers la capitale espagnole. Osez le féminisme ! sera présente à la fois à Madrid au sein d’une délégation intergénérationnelle des Féministes en mouvements (FEM) et dans les rassemblements et manifestations qui auront lieu ce jour-là partout en France pour témoigner de notre solidarité à l’égard des espagnol-e-s et montrer notre détermination à faire barrage à cette loi qui, si elle passait, priverait les femmes du droit fondamental à disposer d’elles-mêmes.

La mobilisation de chacun-e d’entre nous sera décisive pour faire barrage à cette loi !

Non à la régression des droits des femmes en Espagne et ailleurs ! Manifestation à Paris 1er février

Non à la régression des droits des femmes en Espagne et ailleurs !

La liberté face à l’obscurantisme !

2014 : pour nos droits, pour nos choix !

Les féministes espagnoles organisent une manifestation à Madrid le 1er février

Mobilisons nous pour les soutenir

Manifestons partout ensemble SAMEDI 1° FEVRIER

14h – Paris – Place Joffre (École Militaire) jusqu’à l’Ambassade d’Espagne 

20 décembre 2013, le gouvernement espagnol Rajoy veut annuler la loi autorisant l’avortement, rappelant les sombres heures du franquisme.

Il revient sur la loi obtenue en 2010 qui légalisait l’avortement jusqu’à 14 semaines d’aménorrhée (22 pour raison médicale) au mépris des recommandations des textes internationaux de l’Organisation Mondiale de la Santé et de l’Organisation des Nations Unies.

Renouant avec des pratiques qui dénient la liberté de choix aux femmes au mépris des droits humains fondamentaux, il annonce clairement son projet de société : maintenir les femmes dans un statut social étroit et de soumission.

Cette attaque du gouvernement espagnol s’inscrit dans l’offensive européenne des opposants aux droits des femmes comme l’a illustré en décembre 2013 le rejet du rapport Estrela par le Parlement européen (rapport sur la santé et les droits reproductifs traitant de l’accès aux contraceptifs et à l’avortement, de la procréation médicalement assistée, de l’éducation sexuelle et de la liberté de conscience). Ce rapport proposait que l’avortement soit de la compétence de l’Union européenne, encourageant ainsi tous les états membres à l’autoriser.

Ce refus d’accepter le droit des femmes à disposer de leur corps, cette persistance à les considérer comme des sous citoyennes incapables de décider par elles-mêmes désigne l’enjeu : quelle société voulons-nous ?

Le combat des femmes, des forces démocratiques et associatives espagnoles pour ce droit fondamental est le nôtre, et nous le soutiendrons ici et ailleurs car il est le combat de celles et ceux qui veulent l’égalité entre les femmes et les hommes. 

Il rejoint les luttes que nous avons menées et que nous continuons à mener dans notre pays. Car, si le droit à l’avortement est bien inscrit dans la loi française, la concrétisation du droit à travers des centres d’avortement nombreux, permettant un accueil et des soins de qualité, n’est toujours pas assurée de manière satisfaisante dans toutes les régions.

C’est aussi un soutien à toutes les femmes obligées de se rendre dans une autre région ou dans un autre pays parce que là où elles vivent l’accès à l’avortement est difficile, voire interdit.

Nous appelons à :

– Lutter pour une Europe où toutes les femmes pourraient disposer librement de leur corps sans contrainte étatique et religieuse, et qui intègre ces droits à la Charte européenne des droits fondamentaux ;

– Soutenir le combat des femmes espagnoles  pour conserver l’acquis qu’elles ont gagné de haute lutte. 

Non à l’ordre moral qui veut gérer nos vies,

Oui à nos droits, tous nos droits

et à la liberté de choix d’avoir un enfant ou non

Continuer la lecture de Non à la régression des droits des femmes en Espagne et ailleurs ! Manifestation à Paris 1er février

Manifestation pour défendre le droit à l’avortement en Espagne à Bruxelles 29 janvier 2014

Mobilisation des ONG européennes pour soutenir les femmes en Espagne et le droit à l’avortement en Europe !

Le Planning Familial Nord Pas de Calais propose de réserver un bus pour se rendre à Bruxelles afin de manifester devant l’ambassade.

Le coût pour un bus de 63 personnes est de 500 € , une participation des associations partenaires est sollicitée (un prix libre pourrait être demandé aux participant-e-s si nous n’arrivons pas à récolter les fonds.)

Départ de la mairie de Lille : 15 h

Retour au départ de Bruxelles : 21h30

Afin de savoir si nous confirmons notre réservation, merci de me faire un retour par mail : mfpflvidal@hotmail.fr ou téléphone : 03.20.57.74.80 avant vendredi soir.

Si toutefois, nous n’arrivons pas à remplir le bus, nous organiserons un co-voiturage.

———————————————————————————————————————————–

  Le 20 décembre dernier, le conseil des ministres espagnol a approuvé un projet de réforme de la loi actuelle sur les droits sexuels et reproductifs. Si ce projet est voté, l’avortement ne sera possible en Espagne qu’en cas de viol avec plainte préalable ou en cas de grave danger, certifié par deux médecins, pour la santé physique ou psychique de la femme enceinte.


En dehors de ce cadre très restrictif, tout avortement serait considéré comme un crime, ne laissant aux femmes vivant en Espagne que deux possibilités: se rendre à l’étranger pour y bénéficier d’un cadre légalet d’un avortement médicalement sûr ou avoir recours à l’avortement clandestin, avec des risques évidents pour la santé.


La nouvelle loi proposée par le ministre de la Justice espagnol constitue un retour en arrière de trente ans! En s’attaquant ainsi aux droits des femmes, le gouvernement espagnol renonce à remplir son rôle fondamental de garant de l’égalité et des droits humains.


Marche au flambeau

Rendez-vous ce 29 janvier devant l’ambassade d’Espagne en signe de soutien au «Train de la Liberté», leur action du 1er février à Madrid. Le rassemblement s’inscrit dans une semaine de mobilisation générale au cours de laquelle différentes actions sont planifiées dans plusieurs villes d’Europe.


En pratique

  • Rassemblement à 17 heures devant l’ambassade d’Espagne (19, Rue de la Science, Bruxelles).
  • 18h : marche au flambeau vers le parlement européen (Place Luxembourg, Bruxelles).

IVG : l’UMP tombe le masque

En France comme en Espagne, la droite s’oppose encore au choix des femmes,  au nom de l’ordre moral

Alors que le débat commence à l’Assemblée Nationale sur le projet de loi égalité femmes/hommes, l’ancien premier ministre François Fillon affirme que les propositions d’évolution de la loi Veil sur l’IVG viseraient, entre autres, à banaliser l’avortement.

L’UMP, par la voix de l’ancien premier ministre et par les amendements déposés à l’Assemblée Nationale, vient donc de faire tomber le masque de son ultra ou extrême–droitisation.

Aujourd’hui, l’UMP propose de dérembourser l’IVG, alors que cette mesure figurait dans le programme de la candidate de l’extrême droite à la présidentielle en 2012. Un comble pour ces défenseurs de la République dont le préambule de la Constitution garantit l’égalité entre tous les citoyenNEs !

Oubliée, balayée, la droite républicaine et humaniste ! En soutenant cette posture, en considérant qu’il y aurait banalisation de l’IVG, l’UMP adopte pour le moins une lecture infantilisante et méprisante de la décision des femmes ayant recours à l’IVG.

Celles qui choisissent d’interrompre une grossesse ne le font ni par confort ni par inconsistance, mais avec des questionnements, parfois des doutes, et au final, un choix. Un choix légitime. Choisir, par essence, c’est renoncer. Ces mêmes femmes pourront décider, aussi, d’avoir des enfants !

Curieuse volte face car c’est pourtant sous le gouvernement de Monsieur Fillon que l’acte IVG a été revalorisé en 2009, chichement certes, mais revalorisé quand même !

La fameuse division des françaisEs dont fait état Monsieur Fillon, se traduira effectivement si de tels amendements étaient adoptés. En effet, ils introduiront des discriminations – notamment financières- entre les femmes qui pourront y avoir recours et celles qui ne le pourront pas ! Quel retour en arrière ! Quel mépris pour les femmes !

Heureusement, les lois évoluent, nous ne sommes plus en 1975 ! Considérer en 2014 que les femmes qui avortent sont en situation de détresse psychologique, c’est une attitude morale qui tend à dicter à autrui ce qui est bien ou pas pour elle (ou lui).

Non, permettre en toute égalité l’accès à l’IVG n’est pas une incitation, c’est permettre le choix, sans culpabilisation !

C’est un enjeu d’égalité, un enjeu de démocratie, et aussi un enjeu de santé publique !

Projection-débats L’ARBRE ET LE NID – Mardi 28 janviers à l’Univers‏

 

CYCLE « Un enfant si je veux, quand je veux : comme je veux ? »

 

 L’arbre et le nid

 

Valérie Pouyanne │documentaire│Québec│2013 | 85 min

 

Longtemps, les femmes ont mis des enfants au monde de façon autonome, forgeant et échangeant des savoirs pratiques avec d’autres femmes. Aujourd’hui, grossesse et accouchement sont devenus des états quasi-maladifs. Interrogeant des médecins défendant l’accouchement dit « naturel », le film met en cause des pratiques hospitalières, issues du pouvoir médical et de la technicisation des corps féminins. En nous plongeant dans l’intimité de personnes s’apprêtant à vivre un accouchement à domicile, en maison de naissance ou à l’hôpital, il propose une réflexion originale sur l’enfantement et questionne sa surmédicalisation. L’occasion pour nous de débattre des implications sociales de ces différentes manières d’engendrer, oscillant entre émancipation et aliénation des femmes.

 

Suivi d’une discussion avec des sages-femmes du Nord engagées dans la défense des projets d’installation de maisons de naissance.
Au Cinéma L’Univers.
16, rue Danton
LILLE MOULINS
Mardi 28 janvier 19h30
(accueil dès 18h30)

 

La rencontre se prolongera autour d’un dîner-apéro.

 

 Tarif : 2 euros

 

Proposée par la Maison des femmes et le Planning familial de Lille


Appel à manifestation en soutien aux femmes espagnoles!

 

 Rassemblement samedi 18 janvier 2014 à 14h30

Place de l’Opéra à Lille

 Le gouvernement espagnol Rajoy vient d’annuler ce vendredi 20 décembre la loi autorisant l’avortement, sous couvert d’une loi organique de « protection de la vie et des droits de la femme enceinte ». Il rassure ainsi sa base électorale et consolidesa position de fervent défenseur des valeurs traditionalistes et fondamentalistes religieuses.

 Suite à cette annulation, la loi prévoit l’autorisation d’avorter dans 2 cas très strictement

encadrés  sous réserve de deux rapports médicaux :

1. Grave danger encouru par la femme pour sa vie ou sa santé physique ou psychologique

2. Viol, sous condition d’un dépôt de plainte

La malformation fœtale n’est plus considérée comme un motif acceptable sauf en cas de grave danger pour la mère.

 Autre recul important: les personnes mineures devront avoir obligatoirement l’autorisation de leurs parents pour interrompre une grossesse non voulue.

 Selon le quotidien espagnol El Pais, 85% des 100 000  avortements pratiqués actuellement chaque année en Espagne, risquent ainsi de devenir illégaux. En conséquence, seules les femmes les plus favorisées pourront choisir de conserver ou non leur grossesse, notamment en bénéficiant d’une IVG à l’étranger.

Pour donner un ordre d’idée, en France, au cours de sa vie, une femme sur trois aura recours à une IVG.

 En renouant avec des pratiques déniant la liberté de choix, c’est le mépris des droits humains fondamentaux des femmes et des couples à maitriser leur fécondité et à décider de leur vie que le gouvernement espagnol vient de signer. Il annonce clairement son projet de société : maintenir les femmes dans un statut social étroit et de soumission !

 Cette démarche du gouvernement espagnol vient s’inscrire dans un mouvement européen réactionnaire et conservateur qui n’a toujours pas accepté le droit des femmes à disposer de leur corps, et les considère comme des sous citoyennes incapables de décider pour et par elles-mêmes. 

L’Espagne n’est pas le seul pays européen où les femmes voient leurs droits reculer et nous savons d’expérience que l’accès à l’IVG en France est sans cesse remis en question.

LES FEMMES SONT CAPABLES DE DECIDER POUR ET PAR ELLES-MEMES !

EN SOLIDARITE AVEC LES FEMMES ESPAGNOLES, MOBILISONS –NOUS !

EXIGEONS QUE L’EUROPE REAFFIRME LE DROIT DES FEMMES A DISPOSER DE LEUR CORPS, ET METTE LES DROITS DES FEMMES ET L’EGALITE AU CŒUR DE SES ENGAGEMENTS.

 Le Planning Familial NPdC, Chez Violette, Sud Education, la LGP Lille, la Maison des Femmes, L’Observatoire Régional de la Parité, la Ligue des Droits de l’Homme, C’est Pas Mon Genre, J’En Suis J’Y Reste, FSU 59/62, CNT NPdC, SIS Animation Lille, Gender Company, la Maison Dispersée de Santé Lille, Osez le féminisme 59 !, Les Flamands Roses, CIPD Point Oxygène, AIDES NPdC, les Sœurs de la perpétuelle indulgence Couvent du Nord, Maison Régionale de l’Environnement et des Solidarités, CORIF, CFDT, Femmes Solidaires du Nord, SN-FO-LC du Nord, Spiritek, SE-Unsa, Conseil départemental de l’Ordre des Sages-Femmes du Nord, CIDFF Lille, Sud Santé sociaux, Environnement Développement Alternatif …



SE-Uns