Diane 35 et génériques retirés du marché

Le Planning Familial est étonné de la décision de l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) de la suspension de l’AMM (autorisation de mise sur le marché) de Diane 35 et ses génériques dans les trois mois. En début de semaine, l’avis de l’ANSM était beaucoup plus mesuré.
Cette décision, dans la foulée de celle d’encadrer la prescription des pilules de 3ème et 4ème génération comme si cela n’était pas suffisant, vient :
–    renforcer et aggraver fortement l’angoisse des femmes et la suspicion qui pèse désormais sur l’ensemble des méthodes de contraception
–    démontrer que le seuil d’acceptation des risques en matière de prévention est très largement inférieur à ceux liés aux grossesses ou pathologies
–    mettre en exergue que le caractère « de confort » de ces produits (dont leur action contraceptive) ne peut être toléré et s’oppose au droit fondamental des femmes de maîtriser leur fécondité

Le Planning Familial déplore qu’aucune autre mesure ne soit annoncée notamment quant à l’encadrement des prescriptions, la formation des professionnels et l’information des personnes et tient à rappeler que le risque zéro n’existe pas.
Il encourage les femmes sous Diane 35 ou génériques à ne pas interrompre brutalement ni leur traitement ni leur contraception et à prendre contact avec les prescripteurs.

Pilules, pas de panique : il faut le redire !

Chaque semaine, chaque jour presque, sont mis avant les dangers d’une pilule puis d’une autre… sans que jamais ne soient évoquées les conséquences d’un arrêt brutal de contraception, en l’occurrence une grossesse non prévue ! Résultats : peur et méfiance !

On en oublierait presque que la pilule est d’abord un moyen de contraception efficace, et qu’à ce titre, c’est un vrai progrès pour les femmes et les hommes qui choisissent de vivre une sexualité libre et épanouie ! Que c’est le choix des femmes de maîtriser leur fécondité, de décider si et quand elles veulent être mères ou pas !

Sans vouloir minimiser les situations dramatiques et douloureuses vécues par les familles qui déposent plainte, Le Planning Familial s’interroge sur la façon dont se fait l’information aujourd’hui.

En France, en Europe et dans le monde, ces droits des femmes à disposer de leur corps sont toujours malmenés : 222 millions de femmes dans le monde n’ont toujours pas accès aux services de planification familiale (UNFPA Etat de la population mondiale 2012 « Oui au choix, non au hasard, planification familiale, droits de la personne et développement ») et une femme meurt toutes les 8 minutes des suites d’un avortement clandestin, faute de cet accès aisé à la contraception et à un avortement sûr et légal…

Qui se soucie aujourd’hui de l’inapplication de la loi française de 2001 ? Qui se soucie que l’information et l’éducation à la sexualité manquent de moyens, que des méthodes de contraception toujours mal ou pas remboursées, que l’accès à la contraception définitive soit souvent refusé et qu’il manque de lieux d’accueil pour les jeunes sur les territoires ?

Chaque femme, chaque homme, sans condition de situation ou de ressources doit pouvoir exercer le droit de choisir une contraception adaptée et remboursée, en toute confiance, après avoir reçu une information claire et objective sur les avantages et les risques de l’ensemble des moyens de contraception. Tous les jeunes doivent pouvoir accéder à cette contraception de manière gratuite, confidentielle, autonome et responsable : 59% des 15-17ans utilisent un préservatif non remboursé comme moyen de contraception, parfois en association avec la pilule dans 15% des cas (Enquête Fecond 2010, Bajos et al,). Ce sont les conditions nécessaires à l’exercice de ce droit fondamental.

L’accès à une information claire, complète et en toute transparence est une responsabilité de l’Etat. Il lui appartient donc de veiller à la formation des professionnels et à l’information du grand public sur TOUS les moyens de contraception, la pilule bien sûr, mais aussi tous les autres, d’autoriser ou non la mise sur le marché de ces produits, de faire les recommandations auprès des prescripteurs et de veiller à leur application.

Garantir à toutes et tous l’accès en toute sécurité et sans jugement à l’information, à toutes les méthodes de contraception et à l’avortement, est un combat universel ! Les droits sexuels sont des droits fondamentaux et au-delà d’une question prioritaire de santé publique, il s’agit bien d’autonomie, de liberté, d’indépendance, dans le respect des différences.

Droit à l’information et droit de choisir vont ensemble !

A quand une véritable campagne d’information sur TOUS les moyens de contraception ?

A quand des messages clairs, objectifs, cohérents et rassurants ?

Comme le 16 décembre, le 27 janvier, Le Planning défendra le mariage entre personnes de même sexe

Le Planning Familial écrivait le 13 décembre dernier « Le déferlement de propos et arguments haineux, méprisants et autres procès à l’encontre des homosexuels-les ne cesse de nous surprendre tant il révèle des amalgames proprement révoltants. Ils témoignent, dans un contexte social où les enjeux de l’égalité entre femmes et hommes, entre homosexuels-les et hétérosexuels-les sont enfin sur le devant de la scène, de la difficulté à penser la société en termes d’égalité des droits et non de hiérarchisation de valeur des individus qui la composent. »

Non seulement pas un mot n’est à changer mais la tolérance manifestée à l’égard des opposants à ce projet quant à leur propos est non seulement inadmissible mais inquiétante et morbide. La société n’en sort pas grandie, bien au contraire.Il est particulièrement choquant de constater à quel point les débats s’enferment dans un contexte franco-français sur le chaos annoncé, en faisant fi de l’expérience des pays voisins. Espagne, Pays-Bas, Suède, Danemark, ou plus lointains comme l’Argentine où aucune catastrophe sociétale n’a eu lieu.

La France est-elle à ce point imbue d’elle-même qu’elle ne puisse considérer voire envisager cette égalité ? Est-elle à ce point sourde aux revendications légitimes de ces familles de fait ? Qu’avons-nous fait de nos idéaux d’égalité et de droits humains face à la haine, la discrimination qui la traversent ces derniers temps.

Oui, Le Planning Familial croit résolument que l’égalité des droits est nécessaire et possible.

Oui, c’est une exigence démocratique parce qu’il faut reconnaître cette réalité vécue par des milliers de personnes.

Et puis, ouvrir des droits pour certaines et certains ce n’est ni inciter ni priver de droits existants mais bel et bien permettre un vrai choix de vie.
« L’histoire nous montre que les grands débats qui ont divisé un moment les Français apparaissent avec le recul du temps comme une étape nécessaire à la formation d’un nouveau consensus social qui s’inscrit dans la tradition de tolérance et de mesure de notre pays ». (Simone Veil, Assemblée Nationale, 26 novembre 1974 discours sur le projet de loi légalisant l’avortement. )

Parce que cela est possible, parce que c’est une nécessité, Le Planning Familial sera présent dans la rue Dimanche 27 janvier pour défendre le mariage entre personnes de même sexe.

26 et 27 janvier: 3ème salon LGBT à Lille

Le Planning Familial participe pour la première fois au salon LGBT de la Lesbian and gay Pride de Lille. Une équipe de militant-e-s vous accueillera autour d’un stand afin de vous présenter nos activités. 

Troisième salon LGBT
Salle municipale du Gymnase
7 Place Sébastopol à Lille
Métro Ligne 1 station République /Beaux-Arts
Ouverture au public :
Samedi 26 janvier de 11h00 à 19h00
Dimanche 27 janvier de 12h00 à 19h00

✔ AU REZ-DE-CHAUSSEE : Stands commerçants, stands de prévention, expos, scène avec artistes, bar et petite restauration.

✔ SUR LA MEZZANINE : Forum inter-associatif avec plus de 25 associations dans tous les domaines qui concernent les personnes LGBT et plus largement la lutte contre toutes les discriminations.

✔ L’entrée sera libre avec un appel aux dons,il sera remis un billet de tombola à chaque donateur, les cadeaux et bons d’achat de la tombola seront offerts par les commerces présents au Salon et des commerces lillois.

✔ Les Dons contribuent à payer une partie des frais engagés sur le salon et aideront à proposer une belle gay pride le 1er juin 2013 !

Associations présentes :
Actif Santé, ADIS littoral, AIDES, Amnesty International, A.N.T, APGL, Arc-en -ciel Dunkerquois, ASMF, Ch’tis Randos, CRSH, David et Jonathan, Energay,  FLAG ! , Flash our true colors, GARE, HES Lille,  HF Prévention,  HM2F,  Homoboulot, J’En Suis J’Y Reste,  L’autre cercle, L’Egide,  Le Planning Familial, Le Refuge,  Les oublié-e-s de la mémoire, NPNS 59,  Rainbhopital,  Side Info Service,  SOS Homophobie

L’association APGL Grand Nord proposera samedi et dimanche un « spectacle-happening » de 30 minutes sur la thématique « hétéroparentalité / homoparentalité », à la fois militant, plein d’humour et de surprises !

✔ Sur scène:
Louiz’, Lucile Bayard, Joelle et Jérome Gunt, Royal Palace, Fred Actone, Mael Isaac, Baltazar, Olivier Zanarelli, Dream Hall, Martine Superstar

Expos :
« Mauvaises images »,  « Feather Art »,  « UTO » , « Rose Butch »,  Océanerosemarie (la lesbienne invisible) sera présente sur le Salon pour dédicacer son livre « Ma cuisine lesbienne » !,  Le SNEG (Syndicat National des Entreprises Gaies) sera présent et proposera un stand d’information et de prévention

✔ Cie ROMANCE ETC : LA CABINE DU DESIR, qui nous vient tout droit de la région Poitou-Charentes et proposera au public un spectacle interactif des plus inattendus !!!

BAR & PETITE RESTAURATION

PILULES de 3ème et 4ème générations: Ouverture du numéro vert gratuit 0 800 636 636

A la demande de Marisol Touraine, Ministre de la Santé, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ouvre un numéro vert gratuit pour informer les femmes sur les pilules contraceptives, à partir du mercredi 23 janvier : 0 800 636 636 (appel gratuit).

Du lundi au samedi, de 9h à 20h, une équipe de téléopérateurs, encadrée par un médecin et des sages-femmes, répondra aux questions que les femmes se posent sur leurs pilules de 3e et de 4e générations :

 De quelle génération est ma pilule ?
Je prends une pilule de 3ème ou 4ème génération, dois-je l’arrêter ?
Qu’est-ce qu’une thrombose veineuse ?

Cette plateforme téléphonique fait partie du dispositif développé par le Ministère pour informer, guider et favoriser le bon usage de ces médicaments. Un plan d’actions visant à renforcer la sécurité d’une contraception est également en cours de réalisation.
La confiance des femmes dans la contraception est un enjeu majeur de santé publique.

Source :Communiqué Ministère de la santé
Pour plus d’information sur la pilule contraceptive
Le Planning Familial: http://www.planning-familial.org/articles/pilule-pas-de-panique-008173
INPES : http://www.choisirsacontraception.fr/

Les enjeux de santé des lesbiennes, bies, FSF

Suite à la rencontre du 23 mars 2012 à la MDA Lille sur la santé la santé des lesbiennes, bies et FSF, une réunion de travail aura lieu le mardi 22 janvier à 19h au centre JSJR afin de:

– Faire le bilan des partenariats (local, national et européen) et des actions mis en place suite à cette rencontre
– Préparer la prochaine rencontre du 22 mars prochain : thématiques, choix des invitées, partages des outils..
– Présentation du déroulé de la soirée non mixte du 22 mars au JSJR qui prolongera la rencontre
– Présentation des avancées des réalisations des outils de préventions cancers du col de l’utérus et de ceux des composantes du Centre
et échanges d’informations sur les projets des partenaires de ce projet ( Le Planning Familial , composantes du Centre, Maison dispersée de santé, Actif Santé…).

Si vous êtes intéressées, n’hésitez pas à nous contacter.

Les ateliers d’auto-défense de l’Echappée

L’Echappée propose des ateliers d’auto-défense gratuits tous les 4èmes samedi du mois jusque fin juin. Ça se passera au local Chez Violette, 19 place Vanhoenacker, 59000 Lille de 14h à 16h pour une initiation et de 16h à 18h pour celles qui souhaitent aller plus loin. Ces ateliers seront animés par Isabelle Sentis, formatrice en auto-défense.
Vous pourrez bien évidemment participer aux deux ateliers si vous en avez envie ou si vous en ressentez le besoin.
Pour quoi pratiquer et/ou essayer l’auto-défense?
    • pour ressentir plus de bien être et développer nos forces
    • pour apprendre à faire face aux agressions psychologiques, verbales et physiques, poser nos limites et échanger nos savoirs
    • pour développer l’expression de nos émotions dans un cadre sécurisé
    • pour mieux nous connaître nous-même et nous réapproprier notre corps

Ces ateliers sont gratuits et ouverts à toutes.
Le premier a lieu le samedi 26 janvier.

Vous pouvez vous inscrire dès maintenant par mail lechappee@hotmail.com ou par téléphone au 06.30.89.27.33
les ateliers suivants auront lieu de 14h à 16h et de 16h à 18h le:

– 23 février
– 23 mars
– 27 avril
– 25 mai
– 22 juin

Au plaisir de vous y voir,

Procès pour délit d’entrave à l’IVG

Communiqué de presse du Planning familial

Procès pour délit d’entrave à l’IVG au TGI de Paris

Lundi 21 janvier à 13h30 à la 31ème chambre du Tribunal de Grande Instance aura lieu le procès opposant Le Planning Familial 75 à Xavier Dor.

Le Planning Familial, l’ANCIC (Association nationale des Centres d’Interruption Volontaires de Grossesse et de contraception) et la CADAC (Coordination des associations pour le droit à l’avortement et à la contraception) se sont constituées parties civiles à ce procès.
Elles appellent à rassemblement Boulevard du Palais à proximité du Palais de Justice à partir de 12h30 avant le procès.

Rappel des faits. Des opposants à l’avortement se sont introduits dans les locaux du Planning Familial 75 à Paris, les 25 et 26 juin 2012.
Suite à cette intrusion, Le Planning Familial 75 a porté plainte pour « entrave à l’interruption de grossesse par pressions, menaces ou intimidation du personnel, d’une patiente ou de son entourage ».

Le Planning Familial, la CADAC et l’ANCIC appellent à soutenir Le Planning Familial 75 dans le procès qui l’oppose à M. Xavier Dor, opposant actif à l’avortement et ayant déjà fait l’objet de plusieurs comparutions et condamnations devant les tribunaux correctionnels de France pour délit d’entrave.

Rendez-vous donc, nombreuses et nombreux, Boulevard du Palais, à proximité du TGI, le lundi 21 janvier 12h30

Contacts presse :
Ancic –  Jean Claude Magnier  # 06 86 03 24 87
Cadac – Maya Surduts # 06 07 48 71 83
Le Planning Familial – Danielle Gaudry # 06 60 95 50 77 / Marie-Pierre Martinet # 06 70 19 83 48

Manifestation régionale pour l’égalité, la mobilisation continue!

Le « collectif régional pour l’égalité » auquel participe le planning familial appelle à manifester à Lille Samedi 19 Janvier pour que toutes et tous soient égaux devant la loi.

Rendez vous à 14h30 place de la république.

Il y aura un départ groupé du Planning Familial de Lille (16 avenue Kennedy) pour celles et ceux qui voudraient manifester derrière la banderole du planning! Rendez vous au planning à14h.

MANIFESTATION REGIONALE POUR L'EGALITE SAM 19 JANVIER 2013 A LILLE "TOUTES & TOUS LES MEMES DROITS: L'ACTION CONTINUE!"

Nous avons lutté hier, nous luttons aujourd’hui et nous lutterons demain contre toutes
les formes de discriminations, contre l’homophobie, la lesbophobie, la transphobie, la
biphobie, contre le sexisme et toutes les formes de racisme.

Venez nombreuses et nombreux!

Pilule : pas de panique !

L’actualité se fait l’écho des dangers de certaines pilules contraceptives. Pas de panique, si vous êtes utilisatrices, si vous avez doutes, quelques éléments d’informations à lire attentivement ci-après.

Tout d’abord identifiez si votre pilule est concernée à l’aide la liste de l’ANSM (Agence Nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) en pièce jointe.

N’interrompez surtout pas votre contraception sans avoir revu la personne qui vous l’a prescrite ou un autre prescripteur, médecin ou sage femme.

Ne sont mises en cause aujourd’hui que les pilules de 3ème génération (et 4ème) qui contiennent un progestatif récent type désogestrel, gestodène, norgestimate ou drospirénone…. Ce sont ces progestatifs qui sont deux fois plus à risque que le progestatif des pilules de 2ème génération.

Dans les pilules de 2ème génération, le progestatif est le lévonorgestrel que vous pouvez identifier sur la boîte et sur la notice (rubrique composition). Il est également le composant de la «pilule du lendemain»  Norlevo ou Lévonorgestrel de Biogaran.

Les recommandations de la HAS (Haute autorité de santé) sont de ne jamais donner une pilule de 3ème ou 4ème génération en première intention (première préscription), ce qu’a toujours défendu Le Planning Familial car aucune étude ne démontre à ce jour qu’elles présentent un intérêt supérieur aux pilules de 2ème génération. De plus, elles présentent un risque thrombo-embolique deux fois plus important que les pilules de 2ème génération et beaucoup ne sont pas remboursées, ce qui peut représenter un budget élevé pour les utilisatrices.

En cas de doute, consultez la personne qui vous l’a prescrite, un autre prescripteur ou prenez contact avec un centre du Planning Familial (liste ici)

Si vous avez déjà arrêté votre pilule : ne vous fiez ni au calcul de la période fertile (vers le 14ème jour) ni à la méthode du retrait : trop risqué. Le préservatif rigoureux est la meilleure solution avec recours à la contraception d’urgence si besoin, pensez y !!! .

Les pilules de 1ère et 2ème génération non concernées par l’alerte (source ANSM)

Elles ne nécessitent pas d’envisager un changement de contraception si vous en êtes satisfaite. Les génériques sont notés en iltalique et entre parenthèse. Le produit progestatif est mentionné dans : Composition sur la boîte et la notice

1ère génération à base de noréthistérone

3 couleurs (triphasique):Triella

2ème génération à base se lévonorgestrel

1 seule couleur (dite monophasique) : Minidril (Ludéal, Zikiale), Leeloo (Lovalulo), Optilova (avec 7 placebos)

2 couleurs (dite biphasique) :  Adepal (Pacilia)

3 couleurs (dite triphasique) : Trinordiol (Amarance, Dayly gé, Evanecia, Perléane)

Remarque : la pilule Stédiril est aussi une pilule de 2ème génération, plus fortement dosée et peu utilisée ou dans des situations très particulières. N’hésitez pas à poser vos questions au prescripteur.

Attention : en matière de médicament, le fait qu’un produit soit plus ancien ne signifie pas qu’il soit moins bon, c’est même souvent le contraire car il est mieux connu et mieux évalué au niveau des risques. Ne nous laissons pas piéger par le marketing qui aurait tendance à nous faire croire que le progrès est infini…